Nanarland – le livre des mauvais films sympathiques (2 tomes)

Vous êtes emballé par la nouvelle vogue du cinéma iranien? Votre cinéma d’art et essai était fermé tout l’été et vous êtes lassé par les blockbusters? Vous connaissez par coeur les dialogues des contes des quatre saisons de Rohmer (c’est pas difficile en même temps!)

Alors c’est l’heure de remonter votre short jusqu’aux pecs, sortir la chaise de camping du coffre de la golf GTI, la binouze du frigo, allumer le barbeuc et de préparer votre fièvre du… dimanche soir en lisant la bible des films que nous aimons détester: les nanars.
Tout y passe: un savant dosage entre scènes d’actions et émotions, des dialogues profonds en version originale agrémentés de très longs silences entre les phrases, un noir et blanc existentiel, une gamme chromatique chatoyante, des scénarios bien construits, une sensualité suggestive, des aliens plus vrais que nature, des costumes et effets spéciaux réalistes, des figurants qui ne meurent qu’une seule fois, une musique ponctuelle et discrète, une technique de réalisation au cordeau, un exotisme déroutant, un jeu d’acteur déconcertant, un cadrage à décoiffer Hitchcock, des femmes (Cindy) à grandes responsabilités et des hommes (Bobby) de petites vertus…
Des films que n’aurait pas renié les programmateurs du Brady.
Edité chez Ankama, le recueil bénéficie d’un luxueux et nostalgique packaging en forme de VHS.
A lire avec son troisième oeil. Celui de la dérision… Enfin vous êtes aussi libre, comme moi, de le parcourir au premier degré et votre entourage saura reconnaître l’homme ou la femme de goût que vous êtes.
2015-2016

À retrouver (entre autres) à la Bibliothèque des Champs Libres.

Vous êtes abonné dans une autre bibliothèque de la Métropole?
Consultez son catalogue