February / Osgood Perkins

Parce que leurs parents n’ont pu les récupérer à temps, 2 lycéennes sont bloquées en pleine tempête de neige dans leur pensionnat pendant les vacances scolaires. L’une d’elle commence alors à se comporter de manière étrange. Au même moment, une jeune fugueuse croise la route d’un couple endeuillé par la mort de leur fille.

Le cinéma d’horreur sait aussi prendre son temps pour coller les miquettes surtout quand ce sont les deux rejetons, l’un à la réalisation (Osgood) et l’autre à la musique (Elvis), du plus grand psychopathe de l’histoire du cinéma, qui prennent les manettes.
Le rythme est lent mais la tension omniprésente jusqu’aux scènes finales à la violence explicite. Le spectateur navigue entre les récifs de Lost highway, L’exorciste et Elephant et on ne sait jamais vraiment s’il s’agit de diableries ou de vues dérangées de l’esprit dans ce film labyrinthique. La photographie contribue à cette confusion en jouant avec les silhouettes et les contre-jours.
2016
À retrouver (entre autres) à la Bibliothèque des Champs Libres.

 

Vous êtes abonné dans une autre bibliothèque de la Métropole?
Consultez son catalogue