Lèvres de pierre / Nancy Huston

« Au long des années qui ont suivi ce voyage, je ne savais que faire de mon sentiment presque absurde, et pourtant persistant, que le Cambodge me concernait. Par-delà les décennies et les continents, le « Kampuchéa démocratique » des Khmers rouges insistait, me sollicitait, m’assurait que je n’étais pas étrangère à cette histoire, et m’exhortait à l’approcher par l’écriture. Mais par quel bout prendre un thème aussi désespérément exotique » ? Qu’avais-je à dire, moi, Blanche et bobo, citoyenne de deux grandes puissances occidentales, au sujet de ce petit pays si violemment étranger à l’autre bout du monde ? » Nancy Huston

Opération périlleuse que de tenter d’entrer dans la tête d’un futur dictateur (Saloth Sâr futur Pol Pot),  et d’adosser à cette histoire celle de Dorrit (pseudonyme de l’auteure dans ses romans). C’est pourtant ce que parvient à faire Nancy Huston grâce à une écriture sincère, précise et un travail de recherche documentaire rigoureux. Par ces deux portraits, elle nous donne le sentiment de pénétrer la psychologie intime de cet enfant cambodgien devenu dictateur, en évitant les pièges de l’identification au bourreau. Brillant !

Acte sud, 2018

À retrouver (entre autres) à la Bibliothèque des Champs Libres.

Vous êtes abonné dans une autre bibliothèque de la métropole ?
Consultez son catalogue