Colt / Hilary Woods

Les journalistes musicaux semblent aujourd’hui les seuls à se souvenir des irlandais de JJ72, groupe éphémère des années 90.

Moins connu que U2, ce trio n’a pas laissé non plus une œuvre impérissable. On se souvient davantage de The Cranberries, Sinéad O’Connor, Therapy? ou encore Whipping Boy. Leur ex-bassiste revient aujourd’hui, vingt ans plus tard, avec un deuxième album aux compositions hantées et plus adultes. Il faut plusieurs écoutes pour s’immerger dans l’univers sombre et atmosphérique (dark ambient pour les puristes) de la chanteuse et musicienne, à la voix aérienne, qui nous rappelle un peu la bande son hypnotique de Twin Peaks et son interprète Julee Cruise ou l’ambiance éthérée des disques de Mazzy Star. Hilary a échangé sa basse d’antan contre un piano qu’elle marie merveilleusement bien avec une boite à rythmes, quelques nappes de synthé, un xylophone qu’elle massacre jusqu’à la transe et quelques notes de guitare parsemées çà et là comme sur le solennel et somptueux Kith.

La magnifique pochette, et c’est un plus, vous transporte déjà dans la Voie lactée d’un simple regard avant de vous plonger dans une écoute vaporeuse.

Sacred Bones Records, 2018

À retrouver (entre autres) à la Bibliothèque des Champs Libres.

Vous êtes abonné dans une autre bibliothèque de la Métropole?
Consultez son catalogue