Sans parler du chien / Connie Willis

Oxford, années 2060. Le professeur Dunworthy dirige une équipe d’historiens qui peuvent désormais voyager dans le temps pour, au choix, mieux comprendre l’humanité, assister aux événements marquants, ou mener une enquête.

L’un d’eux, Ned Henry, est chargé de récolter un maximum d’informations sur la cathédrale de Coventry, détruite durant la seconde guerre mondiale. Epuisé et déphasé par ses nombreux voyages, il est envoyé en « repos » à l’époque victorienne, en réalité pour une mission apparemment banale : ramener un matou transporté par erreur au XXIème siècle par une de ses collègues. Bien entendu, rien ne va se dérouler comme prévu…

Chez Connie Willis, les historiens ont l’habitude de voyager à travers les siècles. Que cela ne fasse pas fuir les lecteurs amateurs d’histoire et/ou allergiques à la SF! Ses ouvrages sont minutieusement documentés et traversés de bout en bout par un humour so british totalement réjouissant: ils nous plongent dans un univers que l’on a peine à abandonner une fois le livre refermé.

Sans parler du chien regorge de personnages truculents (humains et animaliers!), et la qualité de la reconstitution historique et sociale de l’Angleterre de l’époque est remarquable. Les personnages sont attachants tous autant qu’ils sont, jusqu’au coup de théâtre final.

Belle découverte!

J’ai lu (Science-fiction), 2000

À retrouver (entre autres) à la bibliothèque Landry

Vous êtes abonné dans une autre bibliothèque de la Métropole?
Consultez son catalogue