La légende des Akakuchiba / Kazuki Sakuraba

D’abord, on rencontre Man’yo « de rien du tout », la voyante. Puis Kemari, la mangaka loubarde. Et enfin Tokô, sa fille chômeuse qui cherche encore le sens de la vie et nous raconte cette histoire.

Devenues héritières, par hasards successifs, d’une famille d’industriels japonais, les Akakuchiba, ces trois fortes personnalités vont faire vibrer la petite ville imaginaire de Benimidori, de l’après-guerre aux années 2000. Ne dérogeant pas aux codes de la saga familiale, Kazuki Sakuraba nous dévoile, à travers l’histoire fantastique de ces trois femmes, les bouleversements économiques, culturels et sociétaux qui ont secoué le Japon depuis les années 50, mais aussi le poids des normes sociales et de genre sur les destinées de ces héroïnes et celles de leur entourage. L’émergence de la culture pop japonaise, des idols aux jeux vidéo en passant par le manga, les crises économiques et leur impact sur les modes de vie et aspirations de chaque génération, composent la toile de fond de cette fresque en trois actes.

Les phénomènes magiques et étranges qui jalonnent la saga, ne sont pas sans rappeler les romans de Gabriel Garcia Marquès. Moins ample et dramatique qu’un Cent ans de solitude, mais tout autant empreint d’ironie, cette histoire se lit bien souvent sourire aux lèvres, au fil des rencontres avec les excentriques et touchants occupants de la maison traditionnelle au toit rouge des Akakuchiba. Un roman poétique et parfois loufoque qui aborde, mine de rien, des questions essentielles sur les liens amoureux et familiaux.

2016 – Traduit du japonais par Jean-Louis de la Couronne

À retrouver (entre autres) à la Bibliothèque des Champs Libres

Vous êtes abonné-e dans une autre bibliothèque de la métropole ?
Consultez son catalogue