La Mère, la Sainte et la Putain / Wendy Delorme

Wendy Delorme, artiste performeuse, professeure universitaire et éminente figure féministe, signe un troisième ouvrage publié aux éditions Au Diable Vauvert dans lequel se confrontent trois facettes contemporaines de la féminité. Sans tabous, elle explore les supplices du corps, l’aliénation sentimentale et la force de l’amour filial. Un roman brut mais primordial.

C’est un récit infiniment intime que nous décrit ici à merveille l’autrice : elle est parvenue avec brio à coaliser une tendresse et une douceur incroyables au moyen d’un verbe cru, brutal, à la limite du licencieux. Le propos, incisif et saisissant, se déroule à travers une économie de mots qui reste sans bavure, âpre et résolu. Ce livre, autobiographique, rédigé à la suite d’une rupture, est un éclat de voix, un aboi dans lequel est canalisé un mélange prodigieux de sentiments qui retournent et kidnappent l’esprit. Toujours au bord de l’éruption, l’écrivaine délivre ainsi un discours complexe où se confrontent trois figures féminines façonnées par la société, trois ordonnances qui colorent la progression du récit et auxquelles le·a lecteur·rice s’accroche douloureusement. In fine, Wendy Delorme offre une lettre ouverte, une plaie à vif que les mots viennent suturer sans anesthésie, tel un remède, une vérité lancinante mais nécessaire.

La mère porte le fils de l’homme, la sainte lave les péchés. La putain baise la lie de l’humanité.

Au Diable Vauvert, 2012.

À retrouver (entre autres) à la Bibliothèque des Champs Libres.

Vous êtes abonné dans une autre bibliothèque de la Métropole?
Consultez son catalogue