La nuit du réveil / Oxmo Puccino

Celui qui a deux fois l’âge de son premier opéra revient sur le devant de la scène avec un nouvel album et une tournée qui passe par L’Etage à Rennes le 19 décembre.

L’auteur du plus beau morceau du rap française, issu justement de son premier album, le bien nommé « black Jacques Brel » aka « le colonel Ox » ou encore le « black desperado » semble à nouveau en forme après quelques égarements jazzy passés. Le trompettiste Erik Truffaz vient faire la transition avec le présent sur le titre introductif .

Le grand Ox conserve une verve sociale sur la rue (« Oublie d’où tu viens, on te le rappelera / T’as la caisse de luxe mais tu restes un rat »)  et les violences conjugales (« Il criait l’aimer / Les bleus n’ont pas convaincu / Tout le monde le savait / Alors tout le monde s’est tu ») avec des punchlines toujours poétiques, parfois mélancoliques, parfois facétieuses comme sur Social Club avec Caballero et JeanJass, à la fois atemporelles et dans l’air du temps comme dans son duo avec Orelsan « Ma life » (voir le clip franchement drôle ci-dessous) sur des instrumentaux d’Eddie Purple qui officie également avec le rappeur caennais.

« On pleure pour un mort mais plus pour dix mille », « Devant un petit cercueil, je me dis qu’il faut un âge minimum pour mettre un linceul, on n’aura pas tous plein d’enfants, on n’est pas vieux avant cent ans, lorsqu’on refuse de faire son âge, on devient ces personnages qui refusent le temps qui passe dans une tristesse efficace »

Derrière les Planches, 2019.

À retrouver (entre autres) à la Bibliothèque des Champs Libres.

Disponible également en vinyle.