Les corps abstinents / Emmanuelle Richard

Un essai d’un courage et d’une force incroyables, la promesse de récits qui ne peuvent laisser indifférent.es et qui révèlent la grande détresse d’une société dissonante, entre une érotisation exacerbée mais erronée ou du moins partielle et la quasi prohibition de manifester des sexualités considérées comme marginales, une masse formatée.

Véritable appel à la tolérance, ce livre, à la fois intime et d’un intérêt commun, est une nécessité. Remarquons de suite la structure tout à fait intéressante du livre. En effet, la romancière fait le choix d’une alternance entre une expérience intime et les empreintes, les destins d’anonymes dont les voix sont enfin écoutées. Emmanuelle Richard parle avec intensité de son épreuve vécue suite à une rupture amoureuse, celle qui déchire et expose un corps troué, incomplet et recueille les témoignages sensibles de personnes, autant inconnues qu’universelles. Faire corps avec soi, avec une altérité souvent oubliée. À travers cette ambition, tant littéraire que confidentielle, l’autrice fait de l’écriture un dépositaire, une réponse à l’échec d’une société patriarcale et hétéronormée, une fissure au sein des sexualités dites contrariées. Laissons-nous toucher par cet examen sensoriel, cette pause délicate.

Le seul manque que j’avais vraiment pu ressentir fortement, c’est le manque d’amour à me donner, à m’offrir à moi-même. Et avec lui, l’incapacité à accueillir l’amour des autres. Comme une déconnexion d’avec la vie, quelque part.

Flammarion, 2020.

À retrouver (entre autres) à la Bibliothèque des Champs Libres.

Vous êtes abonné·e dans une autre bibliothèque de la Métropole?
Consultez son catalogue