La mère morte / Blandine de Caunes

L’auteur écrit le dernier chapitre de la vie de sa mère, Benoîte Groult (1920-2016) –  qui a raconté son existence à travers ses livres – et ouvre l’album de la famille.

C’est le récit d’un double deuil et la double narration du rapport mère-fille croisant les générations dans le chagrin  avec le décès brutal, dans un accident de la route de sa fille Violette à 36 ans, naturopathe. Une histoire de transgression en décrivant l’intime tout en le rendant universel, et la fin de vie de sa mère, atteinte d’Alzheimer, icône du féminisme. Elle raconte par le menu ces actes mi-burlesques, mi-tragiques qui signent l’avancée insidieuse de la maladie, la fragilité grandissante et l’inversion des rôles entre une mère et son enfant. Comment elle et sa sœur ont décidé conformément aux vœux de Benoîte Groult, militante active de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD) de « ne pas la laisser dans cette non-vie » grâce à l’aide d’un ami médecin belge par une intraveineuse létale.

Ce livre-témoignage, parfois trempé dans le vitriol, dénonce une société dopée aux progrès de la médecine et survalorisant la longévité au détriment de la qualité de vie.

Stock, 2020

A retrouver (entre autres) à la Bibliothèque des Champs Libres

Vous êtes abonné dans une autre bibliothèque de la métropole ? Consultez son catalogue