S’il n’en restait qu’un : le voyage

S’il n’en restait qu’un, ce serait Le voyage de Edmond Baudoin

Le voyage est une commande d’un grand éditeur japonnais, en l’occurrence Kodensha, que les amateurs de mangas connaissent bien par Akira. Edmond Baudoin va livrer à cet éditeur du pays du Soleil levant un véritable opéra graphique de plus de 200 pages, lui qui peine encore à construire ses récits au format standard des 48 pages, et que L’ Association éditera, en 1996, en version française (traduction et sens de lecture), ce chef d’oeuvre du 9ème Art et cela, pour notre plus grand plaisir !

Le voyage raconte la trajectoire d’un homme qui décide, un matin, de ne pas se rendre à son travail, de quitter son foyer, animé qu’il est par une nouvelle modification de son regard sur le monde… comme un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens tel que Rimbaud l’appelait dans sa Lettre du voyant.

Je ne parlerai pas de l’histoire de cet homme et des ami-e-s rencontré-e-s lors du voyage car je préfère vous laisser parcourir ces pages par vous même. J’ai déjà, ici-même sur ce blog, évoqué mon admiration pour le dessin et les histoires de cet auteur, mais c’est la lecture de cet album, en 1996, qui m’a définitivement « ouvert la tête » au trait de pinceau de Baudoin.

L’Association, 1996

À retrouver (entre autres) à la Bibliothèque des Champs Libres.

Vous êtes abonné dans une autre bibliothèque de la Métropole?
Consultez son catalogue

Le 4e étage de la bibliothèque des Champs Libres ouvre ses portes le 30 septembre 2020 après plusieurs mois de travaux. À cette occasion, quelques lecteurs ont tenté de faire face à ce dilemme : ne retenir qu’un seul titre parmi les 40 000 volumes de l’étage ; n’hésitez pas à vous prêter au jeu et à nous envoyer votre proposition via notre formulaire coup de coeur !…