Une piscine dans le désert / Diane Mazloum

Que les amateurs/trices d’action passent leur chemin! Il est question ici d’un voyage immobile. Ce qui commence comme un conflit de propriété évolue peu à peu vers l’introspection, la contemplation, la remise en cause des certitudes.

Léo Bendos, qui a toujours vécu au Canada, se rend pour la première fois au Liban dans la maison de famille où une piscine a été construite illégalement. Il a 3 jours pour trouver une solution, 3 jours surtout pour découvrir la terre de ses ancêtres, quelque part près de la frontière Syrienne d’où parvient souvent le son des bombardements. « Ce lieu aux confins de 3 continents et de 3 pays nous pousse à nous ouvrir et à dépasser toutes les frontières pour aller au-delà de nos propres limites ».

Les échanges pragmatiques laissent place à des temps plus méditatifs et à de magnifiques descriptions. Rien d’idéalisé toutefois car Diane Mazloum nous livre son pays dans toute sa réalité. L’atmosphère et les sons, les couleurs, les odeurs, les silences, sont palpables. Les antennes paraboliques et les canettes de soda le long du chemin ont quelque chose de poétique. Le poids de la chaleur et la puissance du décor sont intenses, la piscine chargée d’une portée symbolique. « Tout se jouait entre cet infime concentré de volonté humaine, désir de perfection et de contrôle tout puissant, et cette nature sensuelle et immuable, d’une indifférence absolue aux besoins et aux désirs de l’homme ».

Écrit en français, 3ème roman de l’auteure, ce chant d’amour pour son pays porte en son cœur une question: la capacité de chacun à s’épanouir ou s’affranchir de la vie qui semblait toute tracée.

JC Lattès, 2020.

A retrouver (entre autres) dans les Bibliothèques de Rennes.

Vous êtes abonné(e)dans une autre bibliothèque de Rennes Metropole?
Consultez son
catalogue