Funeral / Arcade Fire

Au début des années 2000, on ne parlait pas encore de TikTok, ni de crop top ou de Finkielcrotte. Internet était un vaste chantier à ciel ouvert où tout pouvait se dire, pour le meilleur et pour le pire.

Peu se souciaient véritablement de l’audience réelle des publications en ligne, tout cela avait le charme et l’insouciance de l’inconnu et de l’inattendu, pas de pagerank, de mots-clés ou de hashtags, la spontanéité était reine. La nébuleuse indé canadienne explosait depuis quelques années déjà, Constellation Records prenait le relais de Dischord comme fer de lance d’une certaine scène aux revendications politiques et sociales affirmées.

Tout ce qui venait du Canada suscitait une curiosité intense : je ne pouvais pas passer à côté du premier Ep d’Arcade Fire. La suite, vous la connaissez, le groupe n’a pas cessé depuis de renouveler sa créativité, un nouvel album est d’ailleurs en préparation. Je me demande s’il en feront la promo sur TikTok, Regine osera-t-elle le crop top ?

Merge Records, 2004

À retrouver (entre autres) à la bibliothèque des Champs Libres.

Vous êtes abonné-e dans une autre bibliothèque de la Métropole?
Consultez son catalogue