La grande école / Nicolas Mathieu – Pierre-Henry Gomont (ill.)

Un peu d’humour et de tendresse dans ce monde de brutes (bis) !

Cet ouvrage était extrêmement attendu ! Premiers pas dans le merveilleux monde de la littérature jeunesse pour Nicolas Mathieu. Je pensais être déçue… Un papa dont le fils entre au CP,  etc etc, vu et revu pensais-je !

Eh bien quelle belle surprise ! C’est drôle, touchant, plein de tendresse et de justesse !

Le format est sympathique, sorte de mixe entre format à l’italienne et à l’allemande (j’espère ne pas dire de bêtises mais est-ce vraiment important d’ailleurs ?…?) et le découpage par planches entières se prête très bien à la succession de scénettes de la vie quotidienne. Certaines m’ont plus parlé que d’autres, et ma préférée restera sans doute la scène où le bambin est allongé dans son lit, jambes en l’air à écouter l’histoire que lui lit le père, et où il sort : « Parfois, les filles , elles sont tellement belles, on tombe évanoui. » Bien dit bout de chou !

Le texte final de Nicolas Mathieu, véritable déclaration d’amour à son fils et à l’enfance, vaut aussi le détour.

2020

À retrouver (entre autres) à la Bibliothèque des Champs Libres.

Vous êtes abonné dans une autre bibliothèque de la métropole ?
Consultez son catalogue.