La forêt / Thomas Ott

Lorsque j’étais petit, j’ai fait un cauchemar dont toute la famille se souvient encore. Le sapin de Noël qui trônait dans le salon venait me chercher pour m’emmener dans sa forêt. Et oui à 4 ans, on peut déjà avoir des considérations écologiques !

La forêt de Thomas Ott traduit bien la peur enfantine de l’inconnu et du monde sylvestre.

La collection 25 images propose à plusieurs auteurs de créer un format court sans texte de 25 pages en noir et blanc tel qu’il avait été défini en 1918 par Frans Masereel pour son livre 25 images de la passion d’un homme. Point d’image subliminale ici mais des planches tour à tour émouvantes, cauchemardesques et impressionnantes de détails.

Thomas Ott travaille avec la technique de la carte à gratter. Il gratte au cutter une carte noire qui repose sur un fond blanc. Il raconte ici le voyage initiatique d’un jeune garçon en deuil qui devra affronter ses peurs dans une sombre forêt pour retrouver son grand-père tout juste décédé.

Une collection à suivre que nous espérons aussi intense que son premier numéro. Le numéro 2 à paraître sera dessiné par Joe Pinelli et s’intitulera Marguerite.

Les Éditions Martin de Halleux, 2020.

À retrouver (entre autres) à la bibliothèque des Champs Libres.

Vous êtes abonné-e dans une autre bibliothèque de la Métropole?
Consultez son catalogue

53369c9854468bd9ecf8b8a18332d02e23794a8f3160d3927ddf346c8648e5df