Dreaming is dead now / Skinny Pelembe

Avec un titre un brin provocateur pour les insomniaques et les optimistes, cet album avec une pochette digne d’un film de Terry Gilliam, semble traduire plutôt l’hyper-activité musicale de ce (trop) discret multi-instrumentiste londonien originaire de Johannesbourg.

Je me suis arraché le peu de cheveux qu’il me reste à classer ce disque car sa musique n’entre dans aucune case mais n’est jamais fourre-tout non plus. Elle se révèle juste le reflet d’une jeunesse vivifiante transfrontalière mais inquiète sur son avenir.

Se définissant lui-même comme un « Neil Young s’il avait été producteur dancehall et fan de hip-hop », nous retrouvons également un petit côté Damon Albarn version Gorillaz dans ce projet plus avant-gardiste et aventureux que celui de son alter ego BLUResque.

Brownswood Recordings, 2019.

À retrouver (entre autres) à la Bibliothèque des Champs Libres.

Vous êtes abonné.e dans une autre bibliothèque de la Métropole?
Consultez son catalogue