Le discours de la panthère / Jérémie Moreau

Un buffle, tel un sisyphe animal, pousse de toutes ses forces une montagne avec ses cornes pour déplacer une île afin de lui éviter la collision avec une comète. Un varan vient goûter sa chair avant de regretter son geste et d’assister le buffle dans son effort. La métaphore semble claire : l’entraide plutôt que la compétition.

Ainsi débute ce recueil de contes philosophiques, entre Camus, Kipling et La Fontaine, au cours duquel les destins animaliers se croisent (une autruche qui sort la tête de son trou, un éléphanteau qui porte la mémoire du monde, un bernard l’hermite qui privilégie l’amour et le nomadisme à la solitude et la sédentarité, un étourneau qui veut suivre les hirondelles, un rhinocéros qui carbure aux chants d’oiseaux, un chimpanzé et sa mère mourante et une panthère noire qui régit ce petit monde avec sagesse…). Les hommes sont absents, l’anthropocène a laissé place au zoocène : disparus, ailleurs, espèce éteinte ou pas encore évoluée ?

Une superbe édition publiée sur du papier Munken qui magnifie les couleurs claires, le trait ondulé et naturaliste de l’auteur. On en parle également ici.

Les Editions 2024, 2020.

À retrouver (entre autres) sur le pôle 4 de la Bibliothèque des Champs Libres.

Vous êtes abonné.e dans une autre bibliothèque de la Métropole?
Consultez son catalogue