Africa mia / Richard Minier

En 1964, une délégation malienne de 10 jeunes musiciens est envoyée à Cuba pour apprendre la musique et former ensuite, de retour au pays, les élèves maliens. Ils forment l’orchestre Los Maravilllas de Mali : le premier groupe afro-cubain de l’histoire de la musique qui viendra jusqu’à titiller la suprématie du légendaire Orquesta Aragón.

L’histoire aurait pu s’arrêter en 1968 après le coup d’état dirigé par Moussa Traoré qui renverse le président Keita. L’orchestre est dissous car il est associé à la politique du précédent régime.

Ce documentaire raconte le projet fou du réalisateur, ayant eu vent de l’histoire lors d’un voyage à Bamako en 1999, de faire revivre ces merveilles du Mali. L’histoire n’est pas sans en rappeler d’autres: celle du Buena Vista Social Club ou de Joseph Manuel Da Rocha dit Slow Joe, mais l’originalité du projet tient avant tout à l’abnégation et la détermination de Richard Minier et du Maestro Boncana Maïga pour faire retentir à nouveau les sonorités afro cubaines du rendez-vous ce soir chez Fatimata dans les rues de la Havane, de Bamako et du monde entier et faire danser ainsi ses habitants jusqu’à l’aube.

Pendant plus de quinze ans, le premier n’aura de cesse de vouloir réunir les musiciens survivants afin de les faire réenregistrer ensemble. Le chemin sera parsemé d’embûches. Un très beau témoignage humaniste, émaillé de deuils éprouvants et de retrouvailles émouvantes, sur la musique unificatrice loin des reformations mercantiles qui essaiment parfois l’industrie musicale dans laquelle l’argent est roi.

https://www.franceinter.fr/embed/player/aod/445a77a1-5153-400f-b197-1eb403cf2830

À retrouver (entre autres) à la Bibliothèque des Champs Libres et sur le site des M.

Vous êtes abonné-e dans une autre bibliothèque de la Métropole ?
Consultez son catalogue