La voyageuse de nuit / Laure Adler

Cinquante ans après l’essai de Simone de Beauvoir, « carnet de voyage au pays que nous irons tous habiter : la vieillesse », ainsi que l’écrit l’auteur dans cet ouvrage militant au titre emprunté à une phrase de Chateaubriand.

Il se lit comme un passage de témoin (Mona Ozouf, Edgar Morin, Philip Roth, Annie Ernaux…), une invitation à lire ou revisiter les textes des stoïciens qu’elle prend pour guides, de Kant à Jankélévitch, comme un examen de conscience personnel sur le temps qui passe, comme un travail d’investigation auprès de gériatres, soignants sur les seniors, comme un cri de colère contre le jeunisme, la ghettoïsation de la vieillesse par notre société thanatophobe et mortifère  – qui devrait la considérer comme une valeur active  –  enfin contre la politique concentrationnaire indigne des EHPAD.

« La vieillesse est une construction sociale » : l’écrivain en appelle de tous ses vœux à un vrai contrat social multigénérationnel.

B. Grasset, 2020

À retrouver (entre autres) sur le pôle 5 de la Bibliothèque des Champs Libres

Vous êtes abonné.e dans une autre bibliothèque de la Métropole?
Consultez son catalogue

Vous pouvez retrouver la vidéo sur YouTube