A la folie / Joy Sorman

Entre récit documentaire, reportage et fiction, état des lieux de l’institution psychiatrique française. Sans tomber dans le pamphlet, il en ressort sidération et émotion ; il a obtenu le prix du Réel.

La « gorgone administrative » a pris le pouvoir à l’hôpital, remplaçant la relation, le soin par des « protocoles » déshumanisés, minés par la culture du résultat – rétive à cette spécialité médicale – et l’obsession de la réduction des coûts. Tout fait désormais l’objet d’« une autorisation » : « la vie est sur ordonnance » ; le moindre geste est analysé par des algorithmes, compilé en données : de moins en moins de temps de parole compensé par de plus en plus de chimie.

Le poids des mots est le même pour les patients et soignants, « ces moines-soldats » ; le langage – d’où sont bannis les guillemets – y tient une place essentielle : celui déréglé du délire, celui protocolaire et désincarné de la science psychiatrique.

A l’instar de Fantômette – sorte de double de l’auteur ? – le lecteur est amené à s’interroger sur l’institution et la maladie mentale dont Franck, Maria, Arthur, Jessica, Youcef, Bilal et Robert ne souffrent pas seulement mais aussi d’abandon, de pauvreté, d’exclusion sociale, de solitude. Les questions existentielles les plus fondamentales sont médicalisées alors qu’elles devraient être traitées économiquement, socialement, politiquement.

Flammarion, 2021

À retrouver (entre autres) sur le pôle 4 de la Bibliothèque des Champs Libres

Vous êtes abonné.e dans une autre bibliothèque de la Métropole?
Consultez son catalogue