La sirène, le marchand et la courtisane / Imogen Hermes Gowar

Oubliez toutes vos représentations de petite sirène! Original et envoûtant, ce roman historique subtilement teinté de réalisme magique excelle à restituer l’atmosphère d’une époque tout en distillant un mystère auquel on ne résiste pas.


Nous sommes à Londres en 1785. Honorable armateur-marchand éloigné de toute excentricité, M. Hancock vit avec sa nièce dans une maison sobre et silencieuse, où plane encore le douloureux souvenir de sa femme morte en couches et de leur fils qui n’a pu voir le jour.

Sa vie bascule un soir d’automne, au retour d’un de ses navires: le capitaine lui annonce qu’il a échangé le bateau contre une incroyable créature pêchée au large de la mer de Chine… Propriétaire malgré lui de cette étonnante dépouille de « sirène », Hancock finit par se prendre au jeu en l’exposant à la vue du public, moyennant finances. Grisé par le succès de l’événement et les rentrées d’argent, embarqué dans une course au sensationnel, il voit s’ouvrir à lui les plus prestigieux cercles mondains et (à son grand effarement!) les plus luxueux bordels. C’est dans cette société typiquement XVIIIème tant désireuse de sciences que de sensations fortes qu’il rencontre Angelica Neal, courtisane de haut vol. Abandonnant toute raison, véritablement fou d’elle, le voilà prêt à tout pour lui obtenir une deuxième sirène, vivante cette fois. Mais nous le savons tous: qui s’en approche court à sa perte et aux portes de la folie…

Un premier roman immersif aux personnages féminins très intéressants, à la reconstitution historique réussie, avec une belle portée symbolique de la course à la chimère et des ravages de l’avidité sous toutes ses formes.

Belfond, 2021.

A retrouver (entre autres) dans les Bibliothèques de Rennes.

Vous êtes abonné-e dans une autre bibliothèque de la Métropole?
Consultez son catalogue