R.I.P. Lee « Scratch » Perry

Maj le 31/08/2021

Les amateurs de reggae roots ont pris cher ces deux dernières années. Ils ont vu partir Toots Hibert (Toots & the Maytals), Albert Griffiths (Gladiators), Bunny Wailer (Wailers), U-Roy (le « père » du deejaying et du toasting)… Après soixante années d’expérimentations sonores et une ribambelle de classiques, Rainford Hugh Perry le gourou d’un reggae post-apo est retourné mourir dans sa Jamaïque natale.

Les aiguilles de l’horloge de son studio étaient figées car cet anarchiste mégalomane, ruiné, conscient de ses origines pauvres, semblait même défier le temps. Considéré comme l’un des pionniers du reggae dub, Lee Perry était un véritable alchimiste de studio et sorcier du son. Il fut l’un des premiers dans les années 70 à créer des boucles, à utiliser des samples en s’inspirant de bruit extérieur et à superposer plusieurs couches de son. Qu’il portait une coiffe papale ou de grand chef indien, une casquette ailée décorée de miroirs, breloques et CD, des algues vertes sur ses bouclettes peintes en jaune et vert, Lee Perry avait la voix fatiguée et ne semblait plus avoir toute sa tête. Depuis quelques années déjà, le Sun Ra du reggae poursuivait dans différents laboratoires ses expériences discographiques plus ou moins inspirées suivies de tournées inégales.

Après avoir soit-disant incendié son studio jamaïcain, le black ark studio, au début des années 80, il fuit la Jamaïque et ses rastas. Ces dernières années the upsetter ou l’emmerdeur, comme il se définissait lui-même, peignait des cailloux, discutait avec les vaches dans les alpages suisses.  En 2019, à 83 ans, il avait sorti son propre album, Rainford, coproduit avec Adrian Sherwood, créateur du label On-U Sound, l’un de ses admirateurs et autre tripatouilleur de studio. Un mois à peine avant son décès, il annonçait la sortie d’un nouvel album de drone jazz en collaboration avec le duo expérimental New Age Doom.

Une passionnante et hilarante biographie de ce facteur cheval du reggae dub, rédigée par David Katz, est sortie en 2012 éditée chez Camion Blanc : Lee « Scratch » Perry : People funny boy. Elle se dévore même si vous n’êtes pas amateur de reggae car elle retrace la vie et la carrière d’une personnalité excentrique et incontournable qui a influencé une palanquée d’albums et d’artistes que vous écoutez aujourd’hui (de Marley, en passant par les teutons de Can, à The Orb).

Sa discographie est à retrouver dans les bibliothèques de Rennes.

Vous êtes abonné dans une autre bibliothèque de la Métropole?
Consultez son catalogue

https://reggae.fr/voir-video/2918_Lee-Perry—Interview-Scratch.html

https://www.fip.fr/emissions/speciales-fip/speciale-fip-lee-scratch-perry-du-dimanche-29-aout-2021