Feu / Maria Pourchet

« Désormais c’est moi qui tremble. Le doute, c’est l’antichambre de la vérité et la vérité c’est le début de la chute. Elle va confirmer, quitter l’autre, venir, vouloir. Ça ne s’arrête jamais, c’est la révolution industrielle cette fille, qui accompagne et qui t’écrase, je le savais. » (extrait)

Ce n’est pas tant l’histoire, somme toute banale, d’une relation adultère qui m’a séduite que l’humour et l’intelligence de l’écriture de Maria Pourchet.

L’alternance des monologues des amants comme la double énonciation de leur histoire permet d’être au plus près de leurs pensées et de leurs émotions. Leurs points de vue alternent et témoignent ainsi de leur difficulté respective à vivre cette passion.

L’écriture incisive et percutante, imprégnée d’humour, rythme le récit et parvient à dresser des portraits justes et réalistes pour chacun des personnages.

La grande qualité du roman est aussi de témoigner de notre époque et de ses injonctions : être un homme accompli, une mère parfaite, un bon professionnel… L’auteure dénonce aussi l’incommunicabilité entre les êtres, le poids de la famille, la difficulté à vivre avec les autres au quotidien, les limites qu’on s’impose à soi-même…

Un grand roman qui aurait, selon moi, mérité le prix Goncourt !

Fayard, 2021

À retrouver (entre autre) à la Bibliothèque des Champs Libres.

Vous êtes abonné à une autre bibliothèque de la métropole ?
Consultez son catalogue