Les cent nuits de Héro / Isabel Greenberg

« Nous ne savons ni lire ni écrire. Mais nous avons des histoires à raconter. Tout un tas. Nous formons une société secrète… Une ligue. La ligue des Conteuses Secrètes. Nous racontons des histoires qui n’ont jamais été racontées. Des histoires de mauvais maris, d’épouses meurtrières, de dieux fous, de mères, de héros, de ténèbres, d’amitié, de sœurs et d’amants.
Et par-dessus tout… des histoires de femmes courageuses qui ne se laissent emmerder par personne.
»

En 2016, Isabel Greenberg publie un second album, dans la lignée directe de son ouvrage précédent, L’encyclopédie des débuts de la Terre. Les cent nuits de Héro se présente dans un format assez similaire, et se situe par ailleurs dans le même univers, et l’on y retrouvera quelques personnages secondaires.

L’album est construit comme une fable, dans une réécriture des Mille et Une Nuits. Jerome et Manfred, deux riches bourgeois de l’Angleterre puritaine du XIXème siècle, se mettent au défi afin de prouver que les femmes sont bel et bien des êtres misérables. Pendant l’absence de Jerome, Manfred aura 100 nuits pour réussir à coucher avec sa femme, Cherry. Cette dernière, à l’aide de sa domestique et amante Héro, telles Shéhérazade, captiveront Manfred à l’aide de fables, chaque nuit, afin de s’échapper de son emprise tout en se riant de sa bêtise.

Les contes de Cherry et Héro sont l’occasion pour l’autrice de fournir au lecteur son lot de trahison, loyauté, folie, amants fidèles et infidèles, vieilles sages, lunes parlantes, instruments de musiques incapables de se taire, ami.e.s, frères, pères, mères, et beaucoup de sœurs. Isabel Greenberg nous offre ici une déclaration d’amour aux contes et à ceux qui les racontent, où le pouvoir de l’imaginaire et de l’amour seront les armes nécessaires pour vaincre la terrible adversité. Les mythes utilisés pour cet album s’inspirent cette fois de ballades populaires d’Angleterre, d’Ecosse et d’Irlande, « sombres, très étranges et très belles ».

L’histoire ne manque pas de propos sombres et un cynisme très présent n’en font peut-être pas un livre à mettre dans les mains des plus jeunes, mais cela est nettement contrasté par la douceur et poésie du récit. Les propos conservateurs des hommes, objectifiant horriblement les femmes, s’opposent à la brillance de l’éducation et de la littérature. Cherry se montrera d’une intelligence et habilité redoutable face aux attitudes rétrogrades de Jerome et Manfred, tirant sa force de son amour pour Héro.

Un album résolument féministe proposant un récit où des femmes assignées à l’ignorance et la réclusion se libèrent comme elles peuvent des chaines patriarcales, dans un monde où « tout est bien qui finit bien » se traduit bien souvent par un mariage forcé avec un homme inconnu. Une réappropriation du conte de manière moderne, y apportant des thématiques actuelles, avec poésie et beaucoup de bienveillance.

Isabel Greenberg a également participé à la rédaction d’ouvrages jeunesse, disponibles en bibliothèque : L’Égypte ancienne, et Sur les traces de Toutankhamon.

Son prochain album, Glass Town, devrait paraitre bientôt en France.

Casterman, 2017.


À retrouver (entre autres) à la Bibliothèque des Champs Libres

Vous êtes abonné dans une autre bibliothèque de la Métropole?
Consultez son catalogue