« Les Trans, c’est dur p***** ! »

Aux Trans il y a LE concert à ne pas louper si t’es bien informé / t’es initié / t’as le 06 de Jean-Louis * Cette année c’était Andrea Laszlo de Simone. Je ne vais pas vous en parler car je n’ai toujours pas le 06 de Jean-Louis. Cette année j’ai plutôt suivi les Trans des seconds couteaux… avec beaucoup de déboires et peu de bonnes découvertes. C’est comme ça les Trans, tu joues et tu perds ou tu gagnes. En 2004 alors que Kraftwerk fête ses 40 ans devant des milliers de festivaliers dans le hall 9, moi je fais un détour par le hall et je découvre Redrama avec 30 autres brebis égarées. Un rappeur finlandais qui a traversé l’espace musical comme une étoile filante mais dont je garde un super souvenir.

Cette année, les Trans « conceptuelles » ont commencé jeudi soir pour moi avec une enfilade de concerts au Parc expo : Blanketman (new wave), Gwendoline, Ladaniva (folk balkanique), Dadi Freyr (disco pop) et Monsieur Doumani (rock psyché chypriote). Premier concept : J’ai bien aimé les bretons de Gwendoline. Ils sont drôles à dégainer leur désespoir adolescent… de trentenaires sur fond de musique cold wave. Ils en ont saoûlé beaucoup avec leur fausse désinvolture mais j’ai plutôt pris le propos à la soude caustique au 8°6 ème degré. La rumeur les propulse déjà de l’ombre à la lumière sur un label connu. De quoi animer les sempiternelles et vaines conversations de comptoirs : « vendus », « traîtres à la cause indé » alors que le groupe mène tranquillement son bonhomme de chemin. Par contre vous ne les verrez jamais en terrasse du Kenland… Delirium Café !

Second concept : Le lendemain je retrouve des amis à La Chapelle du Conservatoire pour Bantam Lyons dans le cadre des Bars en Trans… sans bar. Nous nous sommes vengés après. Super concert mais les musiciens, comme nous, étaient furieux du concept « dry festival ».

Troisième (fumeux) concept le samedi : Ikoqwe. Je n’ai rien compris mais les 2 extra-terrestres ont assuré le show futuriste ! Rien de bien notable au parc expo ce soir là excepté peut-être Folly Group et leur disco punk à la Gang of four.

Voice of Baceprot, le concept des filles en hijab qui jouent du métal, était attendu au tournant mais le projet manque de ce petit supplément d’âme qui fait la différence malgré une technicité sans faille. Elles ont pourtant bien chauffé le hall avec leurs reprises de Rage Against the Machine et Metallica.

J’en attendais pas mal de Teke::Teke mais le concept surf music en kabuki avec une acoustique limitée n’a jamais pris tandis que Komodrag and the Mounodor, le concept breton à patte d’éph’ est resté bloqué dans une faille temporelle.

Le gros concept de cette dernière soirée semblait plutôt être l’accordéoniste finlandais Antti Paalanen qui a bluffé un public du hall 3 dédié habituellement au rock. DJ Pone (du collectif Birdy Nam Nam) semble également avoir fait danser les festivaliers dans le hall 9.

J’ai loupé El Combo Batanga, groupe madrilène de boogaloo, car après 3 soirées crescendo, à 4h du mat’ le concept d’écraser sa tête sur un oreiller commençait à se faire ressentir.

La bonne soufflante du samedi sera plutôt en fin d’après-midi du côté de L’étage avec le groupe israélien Tamar Aphek et son rock un brin vénère. On peut déplorer que le festival n’organise pas mieux le merchandising des artistes car la chanteuse et guitariste s’est retrouvée à présenter leurs disques et t-shirts 45 minutes après leur excellent set alors qu’une grande partie de leur public avait déjà déserté les lieux.

Le concept d’être passé à côté de l’édition 2021 ne m’empêchera pas de donner rendez-vous aux copains non pas à 8h du matin au PMU du coin mais aux 44ème rencontres des Trans Musicales en 2022. Maintenant les paris sont lancés, qui va tomber dans les oubliettes de l’histoire de la musique et qui va percer ?

*Rayer la mention inutile

Grille de programmation de l’édition 2021

Show case « FIP en trans »
#1
#2
#3

Concerts « comme si vous étiez…avec la pinte renversée en moins » à suivre sur CultureBox

Vous trouverez les compilations des Trans ainsi que la plupart des artistes ayant sorti un album dans les bibliothèque de Rennes.

Vous êtes abonné.e dans une autre bibliothèque de la Métropole?
Consultez son catalogue